Littérature·Romans

La Femme Muette

La femme muette est un roman écrit par Mathieu Albaïzeta et publié aux Éditions des Lacs.

Ce roman commence comme une belle histoire d’amour, quand Louise rencontre René. Mais « les histoires d’amour finissent mal… en général ». Et on sait dès les premières phrases que cette histoire d’amour va se terminer de façon tragique.

Pourtant, Louise y a cru à cette belle histoire avec le beau René, travailleur, avec qui elle a eu 2 beaux enfants et qui lui a permis d’avoir une vie de rêve. Une vie de rêve vraiment ? Car au fur et à mesure des années, entre Louise et René va s’instaurer un rapport bien différent de ce que l’on peut appeler de l’amour.

Des remarques désobligeantes à de la violence psychologique puis physiques, rien ne sera épargné à Louise. Même la plus humiliante des situations. Je me suis sentie mal à l’aise tout au long de ma lecture et particulièrement lors de cette situation. Je me suis sentie un peu comme un voyeur. Je pense que c’est dû au fait que ce roman peut se lire comme un témoignage. J’ai eu le même ressenti en lisant le témoignage de Jacqueline Sauvage. J’ai lu La femme muette il y a un mois environ et je pense qu’il m’a plus touché que je ne le pensais. Poser des mots sur l’histoire de Louise me fait monter les larmes aux yeux…

J’ai eu envie de lui dire viens, je t’emmène loin de lui, je te libère de cet homme qui ne se rend pas compte à quel point tu l’aimes et qui joue avec ton amour pour assouvir sa toute puissance. Louise ne partira pas, parce que malgré tout elle l’aime son René, elle l’aimera jusqu’au bout. Et puis elle fait partie de cette génération de femmes pour lesquelles le mot divorce ne devait pas être prononcé, qui ont subi plus qu’elles n’ont vécu. Cette violence dont les enfants ont été les témoins et qui ont fui dès qu’ils ont pu.

L’auteur, grâce à une écriture franche et directe, nous entraîne avec ce roman court mais puissant dans l’histoire de Louise avec un rythme soutenu, comme s’il y avait une urgence à tourner les pages. C’est un très bon roman psychologique sur l’emprise psychologique et la violence des mots, mais pas que. Ce roman se déroule à une période où le statut de la femme n’était pas le même qu’aujourd’hui et pourtant, tous les jours, les faits divers nous démontrent que trop de Louise existent encore…

Ce soir, j’ai une pensé pour toutes ces Louise…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s