Cercle Jouvence·Littérature·Témoignages

Tu veux vraiment t’installer à la campagne?!

Tu veux vraiment t’installer à la campagne?! est un témoignage d’Aurélie Delahaye et publié aux Éditions Jouvence.

La Petite Histoire :


Aurélie est une parisienne qui décide de changer de vie et pour cela direction la campagne.
Oui mais voilà, entre l’idéalisation de la vie rurale et la réalité de celle-ci, il y a un gouffre.

L’avis de la Belette :

Aurélie Delahaye nous relate ici son parcours de citadine découvrant une ruralité bien différente de ce à quoi elle s’attendait entre bonnes et mauvaises surprises, entre grandes joies et petites déconvenues.

C’est un livre doux, enthousiasmant et attachant qui met l’accent sur la puissance de la création du lien.


Elle s’émerveille de certaines petites choses du quotidien tout en étant touchée par les difficultés rencontrées par ceux qui y travaillent.


Il y a beaucoup d’humour et d’auto dérision non seulement sur les préjugés (les siens mais aussi ceux de son entourage) mais aussi sur les réalités de la vie à la campagne (les odeurs et les petites bêtes… 🐁).


Une occasion pour l’auteure de se recentrer sur soi et de revenir sur l’essentiel.


Alors, tenté (e) s?

Littérature·Romans

Sista

Sista est un roman écrit par Kim Chi Pho et publié aux Éditions Lemart.

La Petite Histoire :


Ghislaine vit au Rwanda lors du génocide de 1994. Elle est enceinte et va être confrontée à faire des choix qui vont la mener jusqu’en Belgique où son passé va la rattraper.

L’avis de la Belette :


J’ai suivi avec avidité le parcours de Ghislaine mais aussi celui de Charles que je vous laisserais découvrir au cours de votre lecture. Ces 2 destins sont inextricablement liés et vont feront voyager aussi bien en Afrique qu’en Europe mais également culturellement.


Il s’agit ici d’amour sous différentes formes : celui d’une mère pour son enfant, celui d’un père pour son enfant, mais aussi de l’amour, celui qui fait vibrer et fait gravir des montagnes et qui blesse parfois aussi.


C’est une écriture parfois crue mais ça se lit relativement bien. C’est une histoire aussi tragique que douce. Et même si on voit rapidement où cette intrigue nous mène, je me suis laissée porter par cette histoire qui traite non seulement de l’amour comme je le disais précédemment mais également du déracinement, de l’intégration et du besoin vital pour certaines femmes de devenir mère.
J’aurais juste apprecié que la fin soit un peu plus développée.

Kim Chi Pho est une auteure que j’ai découvert avec ce 3ème roman et je suis curieuse de découvrir ses précédents.

Merci @thebooktrotteuses pour cette belle découverte.

Littérature·Témoignages

Le Pull-Over Rouge

Le pull-over rouge de Gilles Perrault, publié aux Éditions Le Livre de Poche.

Gilles Perrault revient sur l’histoire du dernier homme guillotiné en France en 1976. Christian Ranucci a été guillotiné car il a été accusé d’avoir assassiné Marie-Dolorès Rambla, 8 ans. L’enfant a été enlevé alors qu’elle jouait au bas de son immeuble avec son frère. Elle a été abordée par un inconnu qui lui a demandé de l’aider à retrouver son chien disparu. Son corps sera retrouvé dans une champignonnière, lardé de nombreux coups de couteaux.

L’auteur va mener une remarquable contre-enquête reprenant toute l’affaire point par point et il nous plonge dans le crime, l’enquête et le procès. Avec une écriture très journalistique, j’ai eu l’impression de lire un épisode de Faites entrer l’accusé. Passionnant !

Au-delà de l’enquête en elle-même l’auteur met l’accent sur les manquements de l’enquête que ce soit l’approfondissement dans certaines recherches mais également dans certaines contradictions dans les différents témoignages. Cette histoire de voiture entre autres est très intrigante.

Et puis qu’il est étrange aussi ce jeune Christian Ranucci, avec ces discours parfois discordants et son attitude qui laisse planer le doute.

Quoiqu’il en soit la justice a tranché en condamnant à mort Christian Ranucci.

L’assassin de Marie-Dolorès n’est toujours pas connu avec certitude à ce jour. Je me dis que si ce crime aurait eu lieu de nos jours avec toutes les recherches que l’on peut faire grâce à l’ADN notamment, on serait un peu plus éclairé sur l’auteur de ce drame affreux.

A la fin de la lecture, que déciderez-vous ? Christian Ranucci coupable ou innocent ?

Littérature·Thrillers, romans noirs

Le Détective Est Au Bar

Le détective est au bar est un roman écrit par Naomi Azuma, traduit du japonais par Alice Hureau, et publié chez Atelier Akatombo.

La Petite Histoire :

Un détective se trouve dans un bar lorsqu’il est engagé par un jeune homme pour retrouver sa copine disparue, Reiko. Le bar est un endroit très bien connu de ce détective, dont on ne connaîtra d’ailleurs jamais le nom. Surnommé le « détective de Susukino », quartier connu pour sa vie nocturne, il va partir à la recherche de la jeune demoiselle.

L’avis de la Belette :

Un héros atypique pour une enquête qui l’est tout autant. Buveur, joueur, cynique, ce détective est très éloigné des standards d’enquêteurs classiques. Et pourtant, ça a bien fonctionné avec moi, il m’a beaucoup fait rire.

L’enquête est elle aussi particulière car entre bars, yakusas, love hotels, prostituées, le détective va employer des méthodes peu conventionnelles pour arriver à ses fins.

L’ambiance aussi y est particulière. Ambiance sombre des années 90 dans un quartier « chaud », tournées des bars, l’auteur m’a immergé dans ce monde avec ses codes particuliers.

Ce roman fait partie d’une série en plusieurs tomes. Seul ce premier est aujourd’hui édité en France.

Bref, un roman sombre, original et atypique dans un Japon méconnu.

J’ai lu ce policier dans le cadre de la dernière masse critique Babélio. Je les remercie ainsi que la maison d’édition pour l’envoi et leur confiance.

Littérature·Témoignages

Le Consentement

Le consentement est un témoignage écrit par Vanessa Springora et publié aux Éditions Le Livre de Poche.

Vanessa a 14 ans lorsqu’elle fait la rencontre d’un célèbre écrivain de 30 ans son aîné avec lequel elle va entretenir une liaison pendant plus de 2 ans.

J’ai lu ce livre en lecture commune ce qui nous a permis d’échanger lors de cette difficile lecture. Ce témoignage est court mais il est glaçant et il mérite de faire quelques pauses en cours de lecture.

Car non seulement ce témoignage est édifiant concernant la pédophilie mais il dénonce également l’entourage et la protection des mineurs. Cet entourage qui n’a pas réagi lors de la relation connue de (presque) tous. Entre un père absent qui réagit sans dénoncer et une mère qui accepte même de dîner avec sa fille et son amant (sic!), Vanessa (enfin V.) a grandi trop vite dans un monde d’adultes. Elle n’a pas été protégé par les siens.

Sa mère est éditrice et c’est par cet intermédiaire que V. va faire la connaissance de cet homme. Homme qui au-delà d’être pédophile est également un incroyable pervers. Il la dénigre dès que possible, en fait son objet dans tous les sens du terme. Il la harcèle dès que V. prend son envol et s’éloigne de lui. Ce qui m’a aussi dérangé c’est l’impunité avec laquelle cet homme s’est permis de pratiquer ces actes envers de nombreuses autres jeunes filles et jeunes enfants. Protégé par les institutions et par l’intelligentsia littéraire, l’auteur relate en plus ces faits dans l’écriture de ses livres, ce qui ne choque personne à priori. Je vous mets en lien la vidéo d’une partie d’une émission d’Apostrophe où G. est interpellé par une auteure canadienne. Ce qui me dérange le plus dans cet extrait, ce sont les réactions des autres personnes présentes.

J’ai été mal à l’aise dès le début de ma lecture, avec une sensation de voyeurisme mais ceci est nécessaire pour comprendre la suite de ce témoignage. Le côté malsain de ce livre perdure tout au long de la lecture. J’ai même ressenti une haine de plus en plus forte envers cet homme mais aussi envers cette société qui protège ces prédateurs qui sous couvert de « célébrité » sont couverts d’une immunité. Ce livre interroge et interpelle et je pense que c’est ce que voulait l’auteure, libérer la parole. Une lecture difficile mais nécessaire. C’est aussi un témoignage sur la résilience car malgré tout ce qu’elle a vécu, l’auteure a su rebondir au gré de nombreuses souffrances et addictions.