Recettes·Sucré

Smoothie

Je vous propose aujourd’hui une recette de smoothie pour vous désaltérer dans la journée… Enfin quand le printemps voudra bien montrer le bout de son nez !

Ingrédients :

Pour 2 personnes, il vous faut :

4 oranges

3 kiwis

1 concombre

4 feuilles de menthe fraîches

6 glaçons.

Préparation :

Éplucher le concombre et les kiwis. les couper en morceaux.

Presser les oranges.

Dans un blender, mettre le jus d’orange, les fruits coupés en morceaux, la menthe et les glaçons.

Mixer pendant 1 minute environ.

C’est prêt!

Littérature·Témoignages

Le Consentement

Le consentement est un témoignage écrit par Vanessa Springora et publié aux Éditions Le Livre de Poche.

Vanessa a 14 ans lorsqu’elle fait la rencontre d’un célèbre écrivain de 30 ans son aîné avec lequel elle va entretenir une liaison pendant plus de 2 ans.

J’ai lu ce livre en lecture commune ce qui nous a permis d’échanger lors de cette difficile lecture. Ce témoignage est court mais il est glaçant et il mérite de faire quelques pauses en cours de lecture.

Car non seulement ce témoignage est édifiant concernant la pédophilie mais il dénonce également l’entourage et la protection des mineurs. Cet entourage qui n’a pas réagi lors de la relation connue de (presque) tous. Entre un père absent qui réagit sans dénoncer et une mère qui accepte même de dîner avec sa fille et son amant (sic!), Vanessa (enfin V.) a grandi trop vite dans un monde d’adultes. Elle n’a pas été protégé par les siens.

Sa mère est éditrice et c’est par cet intermédiaire que V. va faire la connaissance de cet homme. Homme qui au-delà d’être pédophile est également un incroyable pervers. Il la dénigre dès que possible, en fait son objet dans tous les sens du terme. Il la harcèle dès que V. prend son envol et s’éloigne de lui. Ce qui m’a aussi dérangé c’est l’impunité avec laquelle cet homme s’est permis de pratiquer ces actes envers de nombreuses autres jeunes filles et jeunes enfants. Protégé par les institutions et par l’intelligentsia littéraire, l’auteur relate en plus ces faits dans l’écriture de ses livres, ce qui ne choque personne à priori. Je vous mets en lien la vidéo d’une partie d’une émission d’Apostrophe où G. est interpellé par une auteure canadienne. Ce qui me dérange le plus dans cet extrait, ce sont les réactions des autres personnes présentes.

J’ai été mal à l’aise dès le début de ma lecture, avec une sensation de voyeurisme mais ceci est nécessaire pour comprendre la suite de ce témoignage. Le côté malsain de ce livre perdure tout au long de la lecture. J’ai même ressenti une haine de plus en plus forte envers cet homme mais aussi envers cette société qui protège ces prédateurs qui sous couvert de « célébrité » sont couverts d’une immunité. Ce livre interroge et interpelle et je pense que c’est ce que voulait l’auteure, libérer la parole. Une lecture difficile mais nécessaire. C’est aussi un témoignage sur la résilience car malgré tout ce qu’elle a vécu, l’auteure a su rebondir au gré de nombreuses souffrances et addictions.

Recettes·Salé

Sauce Tomate

Les pâtes, c’est la vie ! Mais la sauce aussi ! Voici une recette simple et efficace qui régalera les gourmands.

Ingrédients :

Une boîte moyenne de tomates pelées au jus

2 gousses d’ail

1 c à s d’huile d’olive

Basilic

Préparation :

Peler l’ail et le hacher. Faite chauffer l’huile dans une casserole et faire revenir l’ail pendant 2 minutes sans le laisser colorer.

Ajouter le basilic, le contenu de la boîte de tomates (chair et jus).

Faire cuire à feu doux pendant environ 30 minutes en mélangeant régulièrement et en écrasant les tomates.

Mixer, rectifier l’assaisonnement si nécessaire et déguster avec des pâtes, parce que les pâtes, c’est la vie !

Littérature·Romans

La Fracture

La fracture est un roman écrit par Nina Allan et publié aux Éditions 10-18.

La Petite Histoire :

En 1994, dans la région de Manchester, Julie, 17 ans, disparaît après avoir dit à ses parents qu’elle allait chez une amie. Vingt ans plus tard, une femme réapparaît en prétendant être Julie. Qui est-elle vraiment ?

L’avis de la Belette :

C’est un roman bien étrange que celui-ci. L’auteure mêle différents genres dans le fond et sur la forme, ce qui m’a beaucoup perturbé dans ma lecture. Ce mélange des genres a aussi contribué au fait que l’auteure m’a perdu et que ce fût une lecture difficile pour moi. J’y ai retrouvé beaucoup de longueurs et je n’y retournais pas avec envie.

Et pourtant le pitch de départ avait tout pour me plaire. Le roman commence comme un roman noir lorsque l’on découvre la disparition de Julie. Julie est la sœur aînée de Séléna et la fille de Raymond et Margery. Cette partie est très intéressante car l’on découvre à quel point la cellule familiale se disloque dès qu’un de ses membres disparaît et ce d’autant plus lorsqu’on ne sait pas ce qu’il est advenu de la personne disparue.

L’enquête est longue, différentes pistes sont exploitées, que ce soit celle d’un violeur en série ou celle d’une disparition dans un lac avoisinant. Au bout de quelques années, l’enquête s’essouffle et toutes les pistes n’aboutissent à rien.

La famille essaie tant bien que mal de survivre à cette absence. Le deuil est vécu différemment selon les membres de la famille. Les parents se séparent, n’ayant pas le même point de vue sur les circonstances du départ de Julie, chacun accusant l’autre d’être coupable du départ de celle-ci. Margery pense qu’elle n’est plus de ce monde, Raymond reste persuadé qu’elle est vivante. Quant à Séléna, seule enfant du couple, elle va continuer à vivre dans l’ombre de sa sœur et grandir sans elle tant bien que mal.

Vingt ans plus tard, Raymond est décédé et Séléna a du mal à vivre entre travail précaire et alcoolisme latent. Alors quand une femme se disant être Julie se présente à Séléna, cette dernière s’interroge. Est-ce vraiment elle ? Sinon qui est-elle ? Entre culpabilité et rancœurs, Séléna va essayer de comprendre ce qui a pu provoquer une fracture dans la vie de sa sœur. Et c’est à partir de là que l’auteure m’a perdu, qu’il y a eu une réelle fracture dans ce roman. En changeant de registre, l’auteure m’a embarqué dans une histoire où je n’ai pas compris les tenants et les aboutissants. ? J’avoue que je n’ai pas non plus compris la fin, tant ce livre est parti un peu dans tous les sens. J’ai eu l’impression d’osciller entre rêve et réalité mais sans comprendre où j’étais vraiment.

Livre reçu dans le cadre d’un service presse via Netgalley. Je les remercie ainsi que la maison d’édition pour l’envoi et leur confiance.

Littérature·Thrillers, romans noirs

Le Cadeau

Le cadeau est un thriller écrit par Sebastian Fitzek et publié aux Éditions de L’Archipel.

La Petite Histoire :

Milan se retrouve en prison et on va découvrir les raisons qui l’ont amené ici.

L’avis de la Belette :

De Sebastian Fitzek, je n’ai lu que ses premiers romans à savoir Thérapie, que j’ai adoré, et Ne les crois pas, que j’ai beaucoup aimé. Malheureusement, je n’ai pas retrouvé ici ce que j’apprécie chez cet auteur.

Je trouve la 4ème de couverture spoilante. Elle nous indique des faits se produisant assez tardivement dans l’intrigue.

Le thriller commence assez violemment. On découvre Milan qui est en prison. Surnommé le Flic par ses co-détenus, il va subir des sévices de la part des autres prisonniers qui essaient de connaître les raisons qui l’ont conduit en prison.

On va remonter le fil du temps et apprendre à connaître les différents personnages. Et c’est à partir de là que l’auteur a commencé à me perdre : trop de personnages, plats et sans reliefs. Ils sont assez agaçants et je ne suis parvenue à m’attacher à aucun d’entre eux. Les relations entre Lynn, Zoé et Jacob sont difficilement compréhensibles. Et puis on finit par tourner en rond. J’ai eu l’impression que l’auteur ne savait pas lui-même où il m’emmenait. Lorsque la révélation a eu lieu, je l’ai trouvé très invraisemblable. C’est au final le manque de crédibilité qui a fait que je n’ai pas adhéré à ce thriller : l’intrigue est trop abracadabrante (cette histoire de pilules…), les interactions entre les personnages décevantes et le final fut un flop.

L’auteur aborde différentes thématiques sans les approfondir. J’aurais aimé en apprendre beaucoup plus sur l’alexie et même si ce thème est mis en avant dans la 4eme de couverture, il est peu abordé.

On m’avait prévenu que ses derniers ouvrages étaient en-deçà de ses premiers. Je n’ai pas retrouvé l’attrait hautement intéressant au niveau psychologique de ses premiers thrillers. Cela reste néanmoins un page-turner qui se lit bien mais ce ne fût pas un cadeau de le lire.

J’ai lu ce thriller grâce à Netgalley, je les remercie ainsi que les éditions de L’Archipel pour leur confiance.