Littérature·Thrillers, romans noirs

Le Cas Zéro

Le cas zéro est un thriller médical écrit par Sarah Barukh et publié aux Éditions Albin Michel.

La Petite Histoire :

Laurent Valensi est chef de clinique à l’hôpital Saint-Louis à Paris au début des années 80.

Il va être confronté à l’un des premiers cas français du « cancer gay ».

L’avis de la Belette :

Quelle claque ! Ce roman captivant dans le milieu médical et mettant en avant le SIDA (appelé le LAV à l’époque) se lit comme un page turner malgré la difficile thématique abordée. C’est un roman intéressant et instructif sur l’émergence d’une épidémie.

Dans ce thriller médical, différents aspects sont abordés avec des termes appropriés. C’est documenté mais très accessible. Il y a certes quelques invraisemblances mais passez outre ce n’est pas ce qui m’a touché dans ce livre. Car oui il m’a touché, bouleversée, au corps et au cœur.

Je suis moi-même soignante et je sais ce que ça implique, mon entourage aussi. Que ce soit en termes d’investissement, de travail, de remise en questions, … C’est parfois quelque chose difficile à comprendre pour l’entourage et Laurent va se rendre compte que c’est aussi le cas pour lui. Est-il prêt à tout pour son patient quitte à sacrifier sa famille ? Certains patients nous touchent, nous marquent indéniablement .. Nous ne sommes que des humains travaillant pour d’autres humains. Il est difficile de rester de marbre face à certaines situations. Oserais-je vous parler de cette dame âgée dont je me suis occupée des années durant et que lors de son décès, j’ai pleuré comme si j’avais perdu un membre de ma famille ? De la distance il faut en avoir certes, mais l’humanitude avant tout. Et c’est en ça que Laurent m’a touché ici tant il fait preuve de bienveillance envers ses patients et collègues.

Au fur et à mesure de ma lecture, je me suis rendue compte que certains comportements n’avaient pas beaucoup évolué depuis 40 ans, notamment en ce qui concerne les relations avec les patients mais aussi entre collègues. Le sentiment de toute-puissance demeure chez certains praticiens, sans compter le lobbying avec les laboratoires pharmaceutiques. Et puis c’est aussi en termes de moyens que l’évolution n’est pas franche non plus car on est toujours dans des problèmes de gestions de personnels, de matériels, de lits, …

Et puis cette thématique de l’épidémie est plus d’actualité et met en exergue la gestion des moyens face à l’émergence d’une épidémie. C’est difficile pour les soignants car ils ont peur pour leurs soignants certes mais aussi pour eux, pour leur entourage, leurs proches, … Comment faire face à tout ça ? Jusqu’où peut-on prendre des risques pour ce métier ? Et puis il y a tout ce qui gravite autour : le stress d’aller travailler, l’incompréhension, la mésinformation. On se sent seuls et démunis d’autant plus quand les médias gravitent autour.

Dans mon parcours de vie j’ai aussi été patiente et Sarah Barukh décrit avec précision les émotions des malades. Que ce soit en terme d’annonce, le sentiment d’injustice, d’incompréhension, d’acceptation, de changements corporels, les réactions de l’entourage,la peur de l’abandon, la peur de la maladie mais aussi la peur de la mort, elle pose des mots juste qui ont résonné en moi…

Au second plan il est question de la culture, de la tradition, de quelle façon elles nous éloignent ou nous rapprochent. Laurent est d’origine tunisienne mariée à une corse. Ayant perdu ses parents, il s’est trouvé un père de cœur, un médecin tunisien qui se retrouve épicier en France

Et puis ici il y est aussi question d’amour, l’amour qui nous fait palpiter, vivre et parfois aussi nous met en danger… Il y a l’amour du couple mais aussi l’amour familial, fraternel… Il y aussi l’amour de la famille qu’on se choisit, des amis qui deviennent une famille…

Je n’ai qu’une chose à vous dire, non 2 en fait : Lisez-le et Partagez-le !

Littérature·Thrillers, romans noirs

Ne Les Crois Pas

Ne les crois pas est un un thriller psychologique écrit par Sébastian Fitzek et publié aux Éditions Le Livre de Poche.

La Petite Histoire :

Yann est psychologue. Un soir où il attend sa fiancée, elle lui téléphone. Il a dû mal à l’entendre, la liaison est mauvaise. Tout ce qu’il comprend est : « Ne les crois pas ». Sur ces entrefaits, un policier sonne à la porte pour lui annoncer le décès de la dite fiancée dans un accident de la route il y a de cela… Une demie-heure … Huit mois plus tard, Yann veut comprendre et va commettre des délits pour y parvenir.

En parallèle on suit Ira, négociatrice, alcoolique, qui a perdu un de ses enfants dans de terribles circonstances. Elle va devoir gérer une prise d’otages.

L’avis de la Belette :

De Sébastian Fitzek, je n’ai lu que Thérapie et ce fut une excellente lecture. Il en est de même ici également.

C’est un roman que je n’ai pas pu lâcher tant l’auteur m’a embarqué dans cette histoire dont je voulais connaître le fin mot. L’intrigue est complexe et bien menée, je ne me suis pas posée de questions. Très rythmé et avec de nombreux rebondissements, ce fut une lecture sans temps mort. C’est un huis-clos dans lequel règne une forte tension.

Les personnages sont attachants malgré leurs difficiles parcours de vie.J’ai beaucoup aimé la finesse de l’analyse psychologique des personnages. C’est un excellent thriller sur le manipulation, les négociations, …

L’écriture est très cinématographique, j’ai pensé à une production hollywoodienne à la sauce allemande.

Avez-vous d’autres titres de l’auteur à me conseiller ?

Recettes·Salé

Poisson à la Parisienne

Je ne vous propose pas souvent de recettes avec du poisson. Erreur réparée ! Cette recette est pour une personne.

Ingrédients :

1 filet ou un pavé de poisson blanc (j’ai acheté ici du flétan)

5 cl de vin blanc sec

1 petite boîte de champignons

1 tomate

1 c à s d’huile d’olive

Chapelure

Préparation :

Préchauffer le four à 210°C. Égoutter les champignons. Laver et couper la tomate en rondelles.

Huilez un plat à four. Mettre les tomates, les champignons dessus. Ajouter le filet de poisson et verser le vin blanc.

Saler et poivrer. Couvrir de chapelure et d’un filet d’huile d’olive.

Faire cuire au four pendant 10 minutes.

C’est prêt, bon appétit !

Littérature·Thrillers, romans noirs

Famille Parfaite

Famille parfaite est un thriller de Lisa Gardner publié aux Éditions Le Livre de Poche.

La Petite Histoire :

Les Denbe ont tout d’une famille parfaite, du moins en apparence. Ils sont mariés depuis 18 ans, ont une fille, une belle maison et une situation sociale et financière confortable.

Jusqu’au jour où tous les 3 disparaissent. Que s’est-il passé ? L’enquêtrice Tessa Léoni va mener l’enquête.

L’avis de la Belette :

Ce livre fait partie d’un spin off de la saga habituelle de l’auteure, DD Warren. Elle fait ici une apparition. C’est le second tome des aventures de Tessa Léoni. Je n’ai pas lu le premier et cela ne m’a pas dérangé car il y a beaucoup de rappels du tome précédent.

De cette auteure, j’ai déjà lu Derniers adieux que j’avais moyennement apprécié. Et après la lecture de ce titre, je pense m’en arrêter là avec l’auteure. Vous l’aurez donc compris que ça ne l’a pas fait ici non plus. Et pourtant, ….

Pourtant, l’idée de départ est bonne mais elle n’est pas assez exploitée. Les secrets de cette famille auraient pu être un peu plus poussés. Ils sont d’une banalité ici. Car oui ce n’est pas un secret et on l’apprend vite, derrière le vernis se cachent des faces sombres. Les membres de cette famille et de tous les personnages en général ne sont pas assez fouillés et exploités. Il y avait pourtant tellement matière à faire avec les « méchants » de cette histoire notamment.

Et puis que de longueurs ! L’ensemble n’est pas assez rythmé pour me tenir en haleine. L’intrigue est sans grande surprise et me laisse une sensation d’inachevé.

Littérature·Thrillers, romans noirs

Urbex Sed Lex

Urbex Sed Lex est un thriller écrit par Christian Guillerme et publié aux Éditions Taurnada.

La Petite Histoire :

Chloé et Théo, Carine et Fabrice sont 2 couples d’amis qui pratiquent l’exploration urbaine (l’urbex).

Ils sont contactés afin de relever un défi dans un sanatorium désaffecté contre une belle somme d’argent.

Ils acceptent la proposition mais est-ce vraiment une bonne idée ?

L’avis de la Belette :

Lorsque j’ai vu la bande annonce de ce roman (que je vous mettrai juste en-dessous), je savais qu’il serait mien. Très alléchante et très prometteuse, cette bande annonce annonçait un mélange de thriller et d’exploration urbaine.

L’urbex est une thématique intéressante, nous avons tous vu des anciennes demeures ou d’anciennes friches industrielles qui nous intriguaient. Mais c’est la première fois que je la vois aborder en littérature. Ce livre m’a permis d’effectuer des recherches sur cette thématique et de regarder quelques vidéos.

Dans ce thriller, l’auteur a fait un bon travail de recherche. Un des côtés de l’urbex est bien exploité et bien expliqué à savoir le côté des préparatifs. C’est quelque chose qui se prépare, on ne se lève pas un matin en se disant : « ce soir je vais explorer ce sanatorium ». Il y a un travail de recherche à effectuer en amont : recherche sur les propriétaires mais aussi sur les plans du lieu exploré ainsi que la matériel à prévoir.

Les lieux sont bien décrits et nous amène dans une ambiance anxiogène. C’est rythmé mais petit bémol, le roman met du temps à se mettre en place. Pendant les 75 premières pages environ, on se retrouve avec ce groupe d’amis. Les dialogues et les interactions entre eux m’ont souvent fait lever les yeux au ciel et je trépignais d’impatience en me demandant quand ça allait vraiment commencer. Et puis j’ai eu du mal à distinguer les personnages, qui était avec qui. Il n’y a pas eu 1 personnage qui sort du lot je trouve.

Mis à part ces petits points, j’ai passé un bon moment de lecture.