Littérature·Romans

Libres Dans Leur Tête

Libres dans leur tête est un roman écrit par Stéphanie Castillo-Soler et publié aux Éditions Librinova.

La Petite Histoire :

Romain et Laurent sont 2 jeunes hommes que tout oppose. Romain a vécu de foyer en foyer et ses relations au sein de la cité vont le conduire en prison où il va rencontrer Laurent. Issu d’une famille bourgeoise et promis à un avenir prometteur, Laurent est condamné pour avoir voulu défendre sa sœur.

L’avis de la Belette :

Entre ces 2 hommes aux parcours différents va se créer un lien indéfectible, une réelle amitié. Dans ce huis-clos touchant, on va suivre l’évolution des relations entre les 2 hommes. De la répulsion, du mépris du départ, ils vont apprendre à se connaître et à cohabiter pour s’apprécier au-delà des murs de la prison. Ils vont se créer leur propre famille de cœur.

La prison est ici en toile de fond, le cœur du sujet n’est pas là. Néanmoins, on en apprend un peu sur les conditions de détention et le fonctionnement du système carcéral, entre les détenus, mais aussi le fonctionnement de la bibliothèque. D’ailleurs dans cette bibliothèque, ils vont rencontrer Serge, détenu depuis de nombreuses années et qui va être celui par lequel ils s’épanchent, se questionnent. Vous l’aurez compris la littérature et l’art en général ont une part importante dans ce récit. Ils vont être vecteur de la capacité de résilience de Romain et de Laurent. Ils vont leur permettre d’accéder à des mondes qu’ils ne connaissaient pas l’un et l’autre. Il faut bien l’avouer ces 2 jeunes gens sont doués, chacun dans leur domaine et la prison va faire émerger leurs talents respectifs. Il y est aussi fortement question de l’humain, dans ce qu’il a de plus beau, l’amour de soi et l’ouverture à l’autre.

On pourrait croire que c’est un roman un peu rose, car il parle aussi d’amour, mais il reflète aussi une réalité parfois sombre. Ce roman sème ses petites graines dans la terre aride de la prison, jusqu’à éclore tel un coquelicot, symbole de vie, de plénitude et de bonheur.

J’ai reçu ce roman dans le cadre d’un service presse proposé par l’auteure et je la remercie pour l’envoi de son roman et pour sa confiance.

Littérature·Thrillers, romans noirs

A Cache Cache

À cache cache, tome 6 de la saga Helen Grace, est un thriller écrit par M.J. Arlidge et publié aux Éditions 10-18.

La Petite Histoire :

Helen Grace se retrouve en prison suite à ce qui s’est passé dans le tome précédent. Il vaut mieux avoir lu le tome précédent, Oxygène, pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette situation. Or, au sein de cette prison, des détenues vont être retrouvées assassinées, les yeux et les bouches cousues. Helen ne va pas pouvoir s’empêcher de mener son enquête.

L’avis de la Belette :

Dans cette enquête se situant en grande partie en huis-clos au sein d’une prison, on retrouve Helen Grace dans une enquête menée tambour battant. En parallèle, on va suivre Charlie qui va tout faire afin d’innocenter sa chère amie Helen.

C’est à chaque fois un grand plaisir de retrouver Helen Grace et d’autant plus dans ce tome. Je trouve que dans cet opus, le personnage gagne en densité. Elle parait plus humaine au sort de ses semblables et je la trouve de plus en plus attachante. Elle s’enquiert du sort de ses co-détenues et a réussi à créer du lien avec certaines d’entre elles.

Les chapitres sont courts et c’est un véritable page turner que l’on ne peut s’empêcher de refermer qu’une fois terminé.

L’auteur nous donne différentes pistes afin de trouver le coupable et je défie quiconque saura trouver la solution à cette enquête. De fausses pistes en révélations, l’auteur joue avec nous pour notre plus grand plaisir.

Juste un petit bémol : la prison ne semble pas très sécurisée entre absence de vidéo-surveillance et déplacements un peu hasardeux des détenues.

Ce livre est sorti au format poche jeudi dernier, le même jour le tome 8 est sorti en grand format aux Éditions les Escales. Je l’ai lu grâce à NetGalley. Merci à eux ainsi qu’aux Éditions 10-18 pour leur confiance.

Littérature·Romans graphiques

Dans La Tête De Sherlock Holmes T.1

Dans la tête de Sherlock Holmes est le premier tome d’une aventure inédite du célèbre détective en bande dessinée, L’affaire du Ticket Scandaleux, proposée par Benoît Dahan et Cyril Lieron et publiée aux éditions Ankama.

rpt

#passionsherlock. Je voue un attrait particulier pour ce personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle. Je trouve le personnage à la fois charismatique, hautain, à la limite parfois de la condescendance, mystérieux. C’est un personnage pour lequel nous ne possédons que peu d’éléments et le mystère qui l’entoure m’intrigue.

Ainsi lorsque les Booktrotteuses l’ont proposé pour un booktrip, j’ai sauté sur l’occasion et je n’ai pas été déçue, bien au contraire.

C’est un véritable objet livre qui nous est proposé par les auteurs. Les dessins sont beaux, les couleurs variées et relativement chaudes. Les plus infimes détails ont été travaillés et nous donnent un rendu de très bonne qualité. Les traits des personnages sont à la fois durs et anguleux pour les personnages un peu plus « froids », comme Sherlock Holmes, et plus ronds pour les personnages plus « doux », comme le Dr Watson. Ce que j’ai aussi trouvé intéressant est le personnage de Sherlock en lui-même. Il est très ressemblant à celui proposé par Conan Doyle ; il s’est ainsi trouvé très près de l’image que je m’en faisais. La découpe des planches est également très originale, elle change à chaque page.

Ce que j’ai trouvé de remarquable dans cette bande dessinée réside dans le fait que le lecteur est acteur de sa lecture. A plusieurs reprises, le lecteur est sollicité, je vous laisserais découvrir comment.

L’intrigue en elle-même est très intéressante. Pour vous en dire 2 mots mais pas plus, pour vous laisser le plaisir de la découvrir, il s’agit d’une connaissance du Dr Watson qui ne se souvient pas de ce qu’il a fait la nuit précédente alors qu’il était censé se rendre à un spectacle. Vous allez mener l’enquête avec Sherlock et découvrir le fonctionnement de ses réflexions, tout en découvrant les rues londoniennes.

Il s’adresse aussi bien à ceux qui voudraient découvrir le personnage de Sherlock Holmes qu’aux fans du personnage.

Il s’agit pour moi d’une très belle réussite. Autant vous dire que j’ai hâte de me procurer le tome 2 lors de sa sortie. A noter que ce tome 1 a aussi été publié en version collector pour les 15 ans de la maison d’édition.

Recettes·Salé

Bœuf Bourguignon

L’hiver touche à sa fin et les plats mijotés aussi. Je vous propose aujourd’hui la recette de bœuf Bourguignon de Maman Belette.

Je ne suis pas objective, elle est forcément délicieuse.

Pour cette recette pour 2 personnes, faire revenir 75g de lardons sans matière grasse.

Les enlever. Faire revenir 250g de viande à bourguignon dans les sucs. Remettre les lardons et saupoudrer d’une cuillère à soupe de farine.

Remuer et ensuite verser 75 cl de vin rouge jusqu’à ce que le vin recouvre la viande. Ajouter 200g de champignons émincés.

Couvrir et porter à ébullition. Baisser ensuite le feu et faire cuire environ 1h en remuant régulièrement.

C’est prêt, bon appétit !

Littérature·Romans

La Femme Muette

La femme muette est un roman écrit par Mathieu Albaïzeta et publié aux Éditions des Lacs.

Ce roman commence comme une belle histoire d’amour, quand Louise rencontre René. Mais « les histoires d’amour finissent mal… en général ». Et on sait dès les premières phrases que cette histoire d’amour va se terminer de façon tragique.

Pourtant, Louise y a cru à cette belle histoire avec le beau René, travailleur, avec qui elle a eu 2 beaux enfants et qui lui a permis d’avoir une vie de rêve. Une vie de rêve vraiment ? Car au fur et à mesure des années, entre Louise et René va s’instaurer un rapport bien différent de ce que l’on peut appeler de l’amour.

Des remarques désobligeantes à de la violence psychologique puis physiques, rien ne sera épargné à Louise. Même la plus humiliante des situations. Je me suis sentie mal à l’aise tout au long de ma lecture et particulièrement lors de cette situation. Je me suis sentie un peu comme un voyeur. Je pense que c’est dû au fait que ce roman peut se lire comme un témoignage. J’ai eu le même ressenti en lisant le témoignage de Jacqueline Sauvage. J’ai lu La femme muette il y a un mois environ et je pense qu’il m’a plus touché que je ne le pensais. Poser des mots sur l’histoire de Louise me fait monter les larmes aux yeux…

J’ai eu envie de lui dire viens, je t’emmène loin de lui, je te libère de cet homme qui ne se rend pas compte à quel point tu l’aimes et qui joue avec ton amour pour assouvir sa toute puissance. Louise ne partira pas, parce que malgré tout elle l’aime son René, elle l’aimera jusqu’au bout. Et puis elle fait partie de cette génération de femmes pour lesquelles le mot divorce ne devait pas être prononcé, qui ont subi plus qu’elles n’ont vécu. Cette violence dont les enfants ont été les témoins et qui ont fui dès qu’ils ont pu.

L’auteur, grâce à une écriture franche et directe, nous entraîne avec ce roman court mais puissant dans l’histoire de Louise avec un rythme soutenu, comme s’il y avait une urgence à tourner les pages. C’est un très bon roman psychologique sur l’emprise psychologique et la violence des mots, mais pas que. Ce roman se déroule à une période où le statut de la femme n’était pas le même qu’aujourd’hui et pourtant, tous les jours, les faits divers nous démontrent que trop de Louise existent encore…

Ce soir, j’ai une pensé pour toutes ces Louise…